Presque-journal télévisé

Tu as vu ça ! C’est horrible ! Mais qui ose encore rouler en ayant bu après que de tels accidents ont lieux ?

N’importe qui.

Rho, mais c’était rhétorique.

Je sais pas moi, tu me poses une question je réponds.

Et puis je suis pas d’accord ! Moi je roulerais jamais en ayant bu.

Tout comme tu ne tuerais personne et que tu ne cambriolerais pas un magasin. Et puis pour rouler en ayant bu, il faut avoir le permis.

Chut ! Ils disent un truc intéressant !

« …le soleil va faire son grand retour ce week-end, et va égayer les personne qui ont choisi de passer leurs vacances en camping. Dans une tente ou dans une caravane… »

Est-ce qu’ils vont faire un jour faire un sujet intéressant et éviter les marronniers ?

Les marronniers ?

Les sujets auxquels on a droit chaque année, et qui sont toujours aussi inutiles.

C’est vrai que les campings… C’est pas non plus super passionnant. Mais c’est l’époque et la saison qui veut ça.

De toute façon, les journaux, ça devient n’importe quoi.

Qu’est-ce que tu dis ?

Qu’à part des faits divers, on nous informe de rien d’autre dans les infos.

T’exagère. Comme toujours.

Ah bon ? Et on a eu droit à quoi aujourd’hui.

Ben ils ont parlé du conflit là-bas, en Palestine, et de la manifestation aujourd’hui en soutien pour Gaza. Il y a eu l’étape du Tour de France, le retour de ce paquebot pour être démanteler. Et puis cet accident de voiture…

À part le conflit en Palestine et à la limite le Tour de France… Je suis désolé, mais le reste est à la limite du fait divers. Voir totalement. Un accident de voiture, c’est un fait divers.

Comment oses-tu dire ça ! Tu te rends compte ? Des gens sont morts dans cet accident ! Mais avec qui je vis !

Deux secondes … Un fait divers, « Il s’agit généralement d’événements tragiques, tels que les crimes, les accidents, les larcins énonçables en trois lignes. » dixit Wikipédia.

Je vais pas aller plus loin. Tu cherches toujours à avoir le dernier mot.

Mais reconnais au moins que j’ai raison sur ce point là.

Bon d’accord, un accident de voiture, c’est un fait divers. Mais tu vas pas en vouloir aux médias de parler d’un tel événement c’est important.

Parce que la crise actuelle en Ukraine, c’est rien ? Parce les diverses guerres en Afrique c’est moins important ? Parce que les décisions de l’Union Européenne, du FMI, du gouvernement, les grands décrets des autres pays qui vont avoir des grosses répercutions, ça passe après trois morts de la route ?

Bon, j’en conclus que tu n’as rien à répondre, et que j’ai un peu réussit à te convaincre.

J’avais pas vraiment réfléchit comme ça…

« Le fait-divers fait diversion ». Et non, c’est pas moi qui l’ai inventé, c’est Bourdieu. Enfin voilà. J’espère que tu ne m’en veux pas, mais je ne supporte pas quand les journaux nous montrent que ceux qu’ils veulent montrer.

Bon, même si pour moi, les manifestations, et même cet accident de voiture, ça mérite qu’on en parle… Tu as raison.

Et j’ai encore eu le dernier mot !

La ferme.

Publicités

Hyrule ne lui suffit pas, ou la revanche d’un cochon – Twilight Princess II

Après une bonne nuit de sommeil, je reprends la manette de ma Wii, et je relance Twilight Princess, où mon Link-Zéphyr est toujours au fin fond du temple au fin fond du lac Hylia.

Tu sais que c’est redondant ?

Je pensais faire un effet de style…

Raté, c’est juste moche…

Après être sorti du temple sous-marin, j’ai droit à une cinématique du tonnerre ! Elle fait se confronter à ma droite, la réincarnation d’un héros mythique, ainsi qu’une lutine des ténèbres, j’ai nommé Link-Zephyr et Midona ! Et à ma gauche, le evil boss du jeu, celui par qui le mal semble provenir, autoproclamé roi des ombres, chef du Crépuscule : XANTO !

Tes efforts pour être intéressant sont pitoyables.

La ferme ! Pour faire vite…

Ouai, tu fais bien.

Pour faire vite, Xanto remet le crépuscule (et du coup notre héros re-re-redevient loup. Encore), fait léviter Midona et dit que son pouvoir ne lui vient pas du crépuscule mais de son dieu. Suite à ça, il met KO Link-Zephyr-Loup et lui enfonce un cristal maléfique qui l’empêche de redevenir humain. Il demande ensuite à Midona de l’aider, elle refuse, il est pas content, il lui fait prendre un bain de lumière (pas très bon pour sa santé d’être des ténèbres), et pour finir remet la lumière.

Le but de Xanto, c’était pas de mettre justement le Crépuscule dans tout le monde ? Il est débile, ou je rêve ?

Non mais c’est pour prouver à Midona qu’elle ne peux pas vivre dans un monde de lumière. Et puis il veux lui prouver que ses pouvoirs sont urpuissants, parce que osn dieu est le meilleur.

Ouai… C’est une guerre de religion quoi. Et ça reste débile…

Midona et Link se font téléporter laissant le pauvre Xanto tout seul. Fin de la cinématique. On dirait pas comme ça, mais c’est une super cinématique, qui fait enfin réellement avancer l’histoire.

Parce que c’est vrai que jusque-là, c’était plutôt bof…

Suite à ça, Link-Zephyr-Loup va retrouver la Princesse Zelda, qui dit qu’il y a un moyen de sauver Link-Zephyr, se sacrifie pour faire vivre la lutine, et disparaît. Comme toute princesse qui se respecte quoi. Ils vont ensuite faire une randonnée en forêt et combattent des patin et font face à la pire énigme que je n’ai jamais vu. La pire ! Il faut faire retrouver à deux géants leur position d’origine sur une sorte de damier. Bon dit comme ça, on voit pas la difficulté. Mais vraiment, à chaque fois, je galère.

Mais c’est parce que t’es mauvais.

Oui, bon peut-être un peu. Mais passons. Link-Zephyr re-re-re-redevient humain, et Midona garde le cristal maléfique pour que Link-Zephyr puisse se transformer en loup n’importe quand. Il enlève une épée appelée Excalibur d’un rocher et…

Dit, Link, il s’appellerait pas Arthur par hasard ?

Oh, c’est facile tient ! Mais pourquoi je t’écoute encore.

Parce que je suis juste à côté de toi peut-être ?

Dis, c’est pas toi qui voulais que je fasse court ? Si tu la bouclais ça irait déjà beaucoup plus vite.

Bon ! Maintenant, ils partent, en expédition dans un désert, la lutine révèle qu’elle est une habitante du Crépuscule (on l’avait pas deviné) et que Xanto n’est pas le souverain légitime, qu’il n’est un usurpateur. Ils trouvent alors un temple égyptien, détruisent un squelette géant lancé par notre cher faux roi du Crépuscule. Il découvrent que le chemin vers le véritable royaume du Crépuscule, un miroir appelé Miroir des ombres, a été brisé en quatre. Des fantômes sans visages disent que Xanto n’est rien, mais que la menace vient d’une vieille connaissance, un certain Ganondorf enfermé dans le Crépuscule des siècles auparavant. Ganondorf, aussi connu comme le cochon multiforme. En bref, c’est la joie absolue ! Du coup, pas le choix, il faut trouver les fragments du miroir pour casser la tronche à Xanto et éviter que Ganondorf ne reviennent. Les trois fragments qui restent se trouvent, évidemment, aux quatre coins d’Hyrule.

C’est quoi cette manie aux artefacts de se placer aux pires endroits du monde ?

Il faut bien ajouter un peu d’aventure, et du voyage.

Qu’ils mettent un fragment avec le formulaire A-39, ça te ferrait autant d’aventure. Et les procédures administratives, c’est vraiment dépaysant.

Comme tu es mauvaise langue ! Ça n’empêche que pour Link-Zéphyr, il va falloir arpenter Hyrule en long, en large et en travers pour éviter le retour du fameux cochon multiforme.

Et ça sera pour une autre fois.

Comment ça ?

Vu le titre que t’as donné à ton article, il vaudrait mieux que tu t’arrêtes là.

Ah oui. Bonne remarque. Mais c’est moi où t’es de plus en plus bavard ?

Il faut bien mettre un peu d’intelligence dans ton blog.

Mon village est attaqué ! Je vais sauver le monde ! – Twilight Princess I

Avouons le tout de suite : je suis un grand adorateur de The Legend of Zelda.

Quand je me suis installé sur mon canapé, la Wiimote dans une main, le Nunchunk dans l’autre, les yeux rivés sur l’écran d’accueil de la console, et que j’ai cliqué sur l’icône de Twilight Princess, je savais que j’allais aimer ce jeu.

Bon, il faut aussi que je vous avoue qu’à l’heure où je vous écris, j’ai déjà fini ce jeu une fois…ou deux. Mais on s’en fiche.

Après que ma console m’a encore une fois priée de bien attacher la dragonne (par précaution, je le fais toujours, elle pourrait m’en vouloir et effacer mes sauvegardes si je ne l’écoute pas), viens l’écran titre, que je passe aussi vite qu’une pub sur Youtube. Je choisis un fichier de sauvegarde, j’appelle mon héros Zéphyr et mon cheval Épona (on peut pas avoir de l’imagination tout le temps !). Et l’aventure commence. Presque. D’abord, le jeu veut que je règle la luminosité de mon écran. Oh, mais sérieux ! Comme j’en ai rien à fiche et que je veux jouer, je zappe cet écran. Viens -enfin- la première cinématique. Il y a un gars qui vous parle devant un coucher du soleil au bord d’une sorte de lac de crépuscule et de mort, machin bidule. Bref, l’ambiance se pose gaiement. Et parce que Link (enfin Zéphyr, parce que du coup, il s’appelle comme ça)…

C’est pas tout ça, mais euh, tu vas pas leur raconter tout le jeu dans les moindres détails quand même ?

C’est à dire que… Si, c’était mon idée à la base. Je pensais que ça leur plairait.

T’es sérieux ? Non parce que s’ils veulent l’histoire du jeu ils vont sur Wikipédia et s’est plié.

Ah oui, j’avais pas vu ça comme ça.

Je dis ça pour t’aider. Sur ce je retourne… Oh non, tiens, je vais te regarder jouer et lire ce que tu écris.

Je déteste qu’on lise dans mon dos, tu le sais très bien.

Raison de plus ! Comme ça le calvaire de tes lecteurs pourra peut-être être abrégé de quelques minutes ! Et puis c’est marrant de te voir mettre le jeu en pose toutes les trois minutes pour noter un truc.

Bon, ben je vais faire court alors.

Link-Zéphyr est en fait un berger de chèvres transgéniques. Un jour, des méchants viennent capturer tous les enfants et la fille que Link-Zéphyr kiffe grave, Iria. Lui, pas de bol, il passe une sorte de barrière, se retrouve plongé dans un monde crépusculaire, se fait capturer, se retrouve enfermé dans un château, et accessoirement, s’est transformé en loup. Il rencontre une lutine des ténèbres qui s’appelle Midona qui lui fait rencontrer la princesse Zelda et qui explique que « Oh mon dieu, c’est terrible, les méchants ont envahis mon royaume, Hyrule, et je ne peux rien faire. » Midona fait du chantage et dit à Link-Zéphyr que s’il veut sauver les enfants du village, et surtout Iria (parce que, honnêtement, sauver des gosses, je suis pas trop pour moi) elle l’aiderait contre… sa soumission absolue. Et il accepte ! Oui, oui, il devient l’esclave de la lutine maléfique. Et vas-y que je te chevauche, que je t’envoie dans la Forêt de Firone risquer ta peau pour éliminer le Crépuscule (finalement, ça va puisqu’il redevient humain). Mais tant qu’on y est, va dans ce temple bourré de monstre, mais surtout l’antre d’une giga-plante gavée aux stéroïdes qui porte le doux nom de « Dionea, mauvaise-herbe du Crépuscule ». Et au final, qu’est-ce qu’il y gagne ? Un artefact appelé un Cristal d’ombre (que Midona s’accapare) et l’éternel réceptacle de cœur. Autant dire que dalle.

Mais Link-Zéphyr, il s’en fout, il continue. Je pense que tu fais bien plus que les 35 heures là. Fait quelque chose, réagit !

On s’en fiche, abrège. C’est trop long à lire là !

T’es encore là !

Évidemment. J’ai rien d’autre à faire. Et vraiment, raccourcis encore, ou ton article va être trop long.

Bon, d’accord.

Il va dans un nouvelle zone où règne le Crépuscule, on découvre que les enfants sont là mais pas Iria ! Vous imaginez la tête de Link-Zéphyr-Loup quand il apprend ça (ah, parce que le pauvre, dès qu’il est dans le crépuscule, il se transforme en loup. Dur la vie de héros Nintendo). Du coup, il anéantit le crépuscule ici aussi, re-redevient humain, retrouve sa jument, il joue les sumos avec des rochers (je suis désolé, mais les Gorons, se sont juste des rochers qui bougent et qui parlent) et pille leur mine. Au passage, il récupère un deuxième cristal d’ombre. Et rebelote ! Il rentre à nouveau dans le crépuscule et se transforme pour la troisième fois en loup. Il retrouve la trace d’Iria, et se dit qu’il va enfin pouvoir… vous voyez quoi ;, pas besoin d’expliciter. Il élimine une troisième (et ultime) fois le crépuscule, re-re-redevient humain. Il rencontre Iria et là JOIE ! Enfin, jusqu’au moment où il se rend compte qu’elle est amnésique. Là, tout gars normal se dit que c’est bon, ras la casquette, je me casse et elle se débrouille avec ses soucis. Mais pas Link-Zéphyr. Il aide Iria quitte à y laisser sa peau, et Midona rappelle qu’il doit récupérer le dernier cristal d’ombre. Comme il prend son boulot d’esclave très à cœur, il s’engouffre dans un temple au fond d’un lac (il s’en fiche, il une combinaison de plongée) et met la pâtée à un fossile vivant.

Je veux pas te déranger, mais il fait nuit, et je commence à fatiguer moi.

Ah euh, oui, en effet. Je sauvegarde la partie et éteins la console. En y repensant, c’est fou quand même ce qui peut pousser un simple berger à vouloir sauver le monde entier d’une menace que même une armée n’arrive pas à repousser.

C’est sûr ; quand on est choisis pas un pouvoir divin, c’est plus facile.

Certes.

C.H.A.T.

Chuu : Hey ! Salut Zéphyr !

Zéphyr : Salut Chuu ! Tu va bien ?

Tu devineras jamais avec qui je parle !

Si je peux pas deviner, pourquoi tu me le dis ?

Ben, euh, je sais pas, c’était pour… être un peu enthousiaste…

Bon fait voir…

Chuu : Plutôt bien au final ! J’ai pu avancer dans pas mal de projets. Mais je vais pas t’embêter avec ça.

Oh mais c’est Chuu ! Passe lui le bonjour de ma part.

Chuu : Et toi ? Ça va mieux ?

Zéphyr : Comme toujours. Et l’autre te passe le bonjour.

Comment ça « l’autre » ! J’ai un nom !

Chuu : Il vit avec toi maintenant c’est ça ? J’ai pas eu beaucoup de nouvelles de toi, et j’étais assez occupée.

Zéphyr : Ne t’inquiète pas, c’est la période qui veut ça. Oui, on vit ensemble. Pour le bien et pour le pire.

Chuu : Huhu, j’imagine.

Quoi ? « pour le pire » ? Ça se passe super bien !

Ouai, enfin, ça nous arrive de nous énerver parfois.

Mais c’est normal ça.

Chuu : Désolé, je dois déjà y aller.

Zéphyr : OK ! Pas de soucis !

Chuu : À bientôt !

Zéphyr : A+

Rapide.

Elle à beaucoup de boulot. Je peux pas lui en vouloir.

Toi, peut-être mais moi…

Pourquoi ?

Elle m’a même pas dit bonjour.

Chuu : Et au revoir à l’autre aussi ; – )

La Mélancolie de Zéphyr

Allez ! Viens danser !

Non désolé, j’ai pas envie.

Oh, d’habitude tu te lâches quand tu es ici ! Et puis regarde tout le monde s’en fiche.

Ils peuvent bien faire ce qu’ils veulent ; ça me regarde pas.

Qu’est ce que tu dis ?

Rien…

Bon, je ne bougerai pas tant que tu ne viendras pas danser.

Mais tu m’emmerdes à la fin ! J’ai pas envie de venir, et puis c’est tout ! Alors tu me laisses tranquille, va profiter de la fête sinon tu vas le regretter, et puis c’est tout.

Vraiment ?

Ne t’en fais pas.

D’accord j’y vais.

 

Alors voilà, maintenant, je me retrouve tout seul. Bon en même temps je l’ai cherché. Mais la foule m’exaspère. Je n’ai pas envie de m’en mêler. Je me sens tellement loin d’eux, tellement distant, tellemennt… Je n’arrive pas à trouver de mots en fait, c’est étrange. J’aimerais pouvoir faire comme avant. Il faut croire que j’ai grandis, et que je suis devenu un adulte sans rêves.

Je m’étais promis de jamais devenir comme ça. Mais je peux encore changer. Redevenir celui que je veux être…

Pas ce soir.

Ni demain…

 

Il m’inquiète à rester comme ça, dans son coin, le regard vide d’un bœuf mort. Il est souvent comme ça, ces temps-ci. Et je ne sais pas trop comment réagir. Je le connais trop. Alors je fais comme si je ne l’avais pas remarqué. Mais je vais le faire bouger, je vais le faire changer, et lui faire retrrouver la pèche !

Pas ce soir.

Ni demain…

#Jonquille

Je suis rentré !

Alors la chasse aux jonquilles, c’était intéressant ?

Si tu voulais être sarcastique, c’était mal dit. Mais oui la « chasse aux jonquilles » était bien !

Laisse-moi en douter.

De toute façon rien ne te plaît à toi. En même temps, tu n’as pas vécu ici… C’était une sorte de tradition dans ma famille. On prenait une après-midi et on allait dans un coin de la forêt où on trouve pas mal de ces fleurs. Mais, bon avec le temps…

Ta famille s’est rendue compte que c’était ridicule ?

Non ! Enfin, comment tu peux dire ça ?

J’en sais rien, je propose.

Non, on avait juste moins de temps. Dit, on aurait pas un vase sous la main ?

Non.

Pas forcément un vrai ; un truc qui pourrait faire office de vase, ça suffit.

On a des tumbler.

Des quoi ?

Des tumbler, des verres assez hauts et étroit… Enfin les verres là ! En face de toi !

Mais ça s’appelle comme ça ?

Ben oui ! Je vais pas l’inventer.

Et d’où tu le sais ?

Je crois que j’ai trop passé de temps sur Wikipédia. Ou dans les bar.

Je penche pour l’autre option.

Ah, oui, très malin ! Et ça te fait rire.

Oui, beaucoup ! Mais bon, ça devrait aller pour mes jonquilles…

N’empêche, mettre des fleurs dans un site internet, ça fait un peu bizarre.

À qui le dis-tu !

Poussière d’étoile

T’imagines que petit je pouvais passer des heures comme ça à regarder les étoiles ? Enfin, jusqu’à ce qu’il fasse trop froid à mon goût. Mais j’adorais ça.

Ça n’a pas vraiment changé.

Non, c’est vrai. Je me souviens d’une fois, un été où il faisait particulièrement chaud, où on voulait dormir à dehors rien que pour profiter du ciel. On a pas tenu bien longtemps au final, mais c’était tellement bien d’être allongé dans le champ d’à côté et ne rien faire.

On ?

Mon frère et ma sœur. C’est vrai qu’à l’époque, je ne te connaissais pas.

Non.

Parfois, j’essaye de visualiser tout ça. Imaginer un grain de sable… Non, même pas un grain de sable, un minuscule atome posé sur un petit caillou qui plonge ses yeux dans l’infini du vide et dans d’autres petits cailloux, des petites flammes loin, très loin de lui. C’est fascinant. Mais pour cet atome, il n’y a juste qu’un ciel noir, et dessus des petites fragments de lumières, des petits diamants, des petits bijoux mouvants. Et puis la lune.

J’aurais voulu savoir reconnaître toutes les constellations. Mais les seules que je sais repérer, c’est la grande et la petite ourse. Et Orion. Là ! Tu la vois ? Je sais pas pourquoi, mais celle-ci, elle me saute toujours aux yeux. C’est vrai qu’à certaines saisons, on la voit moins. Mais je la trouve jolie.

Petit, j’imaginais que quand je serais adulte, on pourrait tous aller dans l’espace, se poser sur des planètes super lointaines. Qu’on pourrait voir d’autres ciels, d’autres étoiles. Comme tous les enfants. Et puis j’ai grandis. Et vu que tu n’as pas lancé une remarque cinglante depuis assez longtemps, j’en conclus que soit tu te fous doucement de ma tronche, que tu rigoles en silence, soit que t’es endormi.

T’as raison, il se fait tard.